Souvenirs d'enfance
 
La Famille Attali
 
 
 
 
Souvenirs d'Algérie
 

 Les noms de famille

Le nom de la personne est son moyen d’identification essentiel, à part la connaissance personnelle et son apparence extérieure. L’identification au moyen des noms est aussi ancienne que l’écriture et le language.

L’importance du nom de l’homme se dévoile plus précisément dans la culture juive. Déjà dans les premiers chapitres de la Bible, le premier homme reçoit son nom Adam et il appellera sa femme Ève. Dans les chapitres suivant tous seront déjà mentionnés par leur nom.

La tradition est de donner au nouveau né le nom (prénom) d’une personnalité importante. Dans les communautés ashkénazes, le bébé recevra le nom de l’un ses défunts grand parents. Dans certaines communautés sépharades il recevra le nom d’un de ses grands parents, même encore en vie.

Une autre tradition montrant l’importance du nom, est le fait de réciter chaque jour à la fin de la prière un verset commençant par la première lettre et se terminant par la dernière lettre de son nom. Cette tradition nous dévoile l’importance céleste du nom de l’homme, une ségoula pour se rappeler son nom a A'harit HaYamim (la Fin des Jours), lors de la rédemption messianique et la T’hiyat Hamétim  (résurrection des morts).

 

Généralement, le nom juif était composé du nom (prénom) de la personne et du nom de son père (Isaac ben Avraham) bien que cette manière d’identification n’est pas commune seulement au peuple juif.

 

Les noms de familles

Au Xème siècle le processus de création des noms de famille s'amorce. Face aux problèmes engendrés par un trop grand nombre d'homonymes, le nom individuel est peu à peu accompagné par un surnom. Avec l'usage, ce surnom tend à devenir héréditaire. Ce phénomène se rencontre d'abord parmi les famille nobles, puis s'élargit à l'ensemble de la population à partir du XIIème siècle.

A partir du XVème siècle, un long processus de fixation des noms de famille s'amorce. Par ailleurs, le pouvoir politique s'intéresse à la question et réglemente progressivement l'existence des noms de famille.

La tenue de l'état-civil passe désormais dans les attributions de l'État . En 1794 il est interdit de porter d'autre nom et prénoms que ceux inscrits à l'état-civil.

En 1870, l'apparition du livret de famille fige définitivement l'orthographe de tous les patronymes

Jusqu’alors les juifs s’appelaient par leur prénom et celui de leur père, ou par des pseudonymes d’après leur métier, leur apparence ou certaines particularités physiques ou morales.

Par exemple, le nom de famille Liderman appartient a la famille des cordonniers d’origine polonaise (lider en polonais signifie sandale et man signifie homme). La famille Uzan est une famille de "peseurs" métier très fréquent a l’époque en Afrique du Nord (wazan en arabe signifie balance). Moise le couturier devient Schneider, (Yddish ou Allemand), le musicien ou chanteur dans les mariages devient Alal ou Allali (alal en arabe veut dire chanteur) et enfin l’artisan ou joueur de tambour devient Aboutboul (tabal en arabe signifie tambour et abou signifie père de)

Dûe à l’influence de la culture allemande, adoptée dans la plupart des pays de l’Europe de l’Est, nous retrouvons  des pseudonymes de caractère allemand, considérés comme  des "bons noms" tel que Adler (aigle), Stern (étoile), Greenfeld (champ de verdure) et autres qui "sonnaient bien" à leurs porteurs.

Les noms de couleurs ont eu aussi leur part d’influence tel que Swartz (noir), Weiss (blanc), Blau (bleu), Roth (rouge) ou Braun (marron) etc...Il y en a même qui ont adopté des noms symboliques comme segoula de réussite et longue vie tels que Aich (vie en arabe) ou Bellaich, Bennaim (fils de la vie), Glick (chance en Yddish) ou Reich (richesse)

Nous trouvons aussi des noms de famille dépendant des pays d’origine :

Yossephyan et autres noms se terminant par yan sont généralement d’origine perse ou arménienne

Avramov ou Yaacobovitz se terminant par ov ou vitz sont d’origine russe

La terminaison yof est d’origine buchare  et stein ou man sont d’origine allemande ou Europe de l’est.

Il est dit, mais sans aucune preuve valable, que les "bons noms" étaient achetés et que les pauvres recevaient des noms dédaignés. En vérité le nom du père, qui servait d’ancien nom de famille, est celui qui a été transmis de génération en génération.

La plupart des terminaisons en Ashkénaze telles que witz, bitz, sky, vitzi, ov, of, shvili, zon etc. signifie “fils de”. Avramowitz de Russie est le fils d’Avraham et Yaacovshvili de Georgie est le fils de Yaacov.

Dans les pays islamiques, la terminaison ben ou iben signifie “fils de”. Bennabou est le fils de son père, Ibenézra est le fils de Ezra et Benizri est celui de Izri  etc.

 

Passons maintenant à notre famille, les familles Attali / Zerbib

 
 
 
 

 
 
 

 

 

Tant que cette bougie vacillera, la lueur d'espoir vivra toujours en moi